Les questions que vous vous posez?

Cancer du sein

Suis-je concernée par le programme de dépistage organisé ?

Si vous avez entre 50 et 74 ans et que vous ne présentez ni symptôme, ni  de cancer du sein, le programme de dépistage organisé vous concerne.

 et ne présentez pas de facteur de risque particulier de cancer du sein, un dépistage systématique n’est pas recommandé. , vous ne recevez plus d’invitation à faire une mammographie : le dépistage du cancer du sein fait l’objet d’une discussion au cas par cas, avec votre médecin. Une extension de ces “bornes” d’âge est actuellement à l’étude.

Dans tous les cas, votre médecin généraliste vous orientera vers le suivi le plus adapté à votre situation.

Qu’est-ce qu’une mammographie ?

Dès l’âge de 50 ans, puis tous les deux ans, vous recevez à votre domicile un courrier vous invitant à réaliser une mammographie de dépistage. Une liste de médecins radiologues agréés est jointe à cette invitation ; vous choisissez librement celui que vous souhaitez consulter. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous chez un radiologue agréé hors de votre département de résidence.

Comment suis-je contactée ?

Dès l’âge de 50 ans, puis tous les deux ans, vous recevez à votre domicile un courrier vous invitant à réaliser une mammographie de dépistage. Une liste de médecins radiologues agréés est jointe à cette invitation ; vous choisissez librement celui que vous souhaitez consulter. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous chez un radiologue agréé hors de votre département de résidence.

Je n’ai pas reçu mon invitation, à qui dois-je m’adresser?

Vous pouvez contacter votre médecin ou la structure de gestion en charge de l’organisation du dépistage du cancer du sein dans votre département. Ces structures gèrent le programme de dépistage organisé au niveau départemental ou interdépartemental. Ce sont elles qui envoient les courriers d’invitation

J’ai eu un cancer du sein, est-ce que je vais recevoir une invitation ?

Non : si vous avez eu un cancer, vous bénéficiez d’un suivi spécifique et n’êtes donc plus concernée par le dépistage organisé.

Je viens de recevoir une invitation et ma dernière mammographie date de moins de deux ans, que dois-je faire ?

Si vous avez effectué une mammographie il y a moins de deux ans, notamment avant vos 50 ans, vous n’avez pas à réaliser de nouvel examen dans l’immédiat. Il vous suffit d’indiquer la date de cette mammographie sur le coupon réponse joint au courrier. Ainsi, la prochaine invitation vous sera envoyée deux ans après cette date.

Je passais déjà des mammographies avant l’âge de 50 ans

Vous avez pu effectivement vous engager dans une démarche de détection individuelle du cancer du sein, à votre initiative ou celle de votre médecin. À partir de 50 ans, il vous est possible de réaliser ces mammographies dans le cadre du programme de dépistage organisé, fondé sur des critères de qualité stricts et exigeants.

Toutefois, en l’absence d’un  considéré comme « élevé » ou « très élevé », il est inutile de se faire dépister avant l’âge de 50 ans. En effet, il n’y a pas assez d’études ayant montré l’efficacité de ce dépistage avant 50 ans.

J’ai des prothèses mammaires, est-ce que c’est un problème ?

Non : si vous portez des prothèses mammaires, le manipulateur réalisera des clichés spécifiques.

Est-ce que je peux choisir mon radiologue ?

Vous pouvez choisir librement votre radiologue sur la liste envoyée avec votre invitation au dépistage, qui est actualisée tous les six mois. Si votre radiologue habituel figure sur cette liste, vous pouvez vous adresser à lui. L’essentiel est que le professionnel choisi soit agréé à pratiquer des mammographies dans le cadre du programme dépistage organisé du cancer du sein.

Dois-je payer l’examen ?

Non : il est pris en charge à 100% par l’assurance maladie, sans avance de frais de votre part.

En revanche, les éventuels examens complémentaires (échographie, IRM…) qui pourraient vous être prescrits, notamment pour aider le radiologue dans son interprétation de la mammographie, sont remboursés.

Ce qu’il faut savoir avant la mammographie

  • Pour faire votre mammographie, il suffit de prendre rendez-vous avec le radiologue de votre choix parmi ceux de la liste qui vous est adressée avec le courrier d’invitation.
  • Le jour du rendez-vous, prenez avec vous le courrier qui vous a été adressé. Il permet une prise en charge à 100% de l’examen par votre caisse d’assurance maladie, sans avance de frais de votre part.
  • Si vous avez déjà réalisé une mammographie et que vous êtes en possession de vos clichés, il est important de les rapporter : le radiologue pourra comparer les clichés et identifier plus rapidement les éventuels changements.

De la réception de l’invitation aux résultats du dépistage : .

Comment se passe l’examen, concrètement ?

Le rendez-vous au cabinet de radiologie comprend la réalisation d’une mammographie et un examen clinique des seins par le radiologue.

À votre arrivée au cabinet de radiologie, le secrétariat vous demande de remplir une fiche de renseignements. Elle est très importante : elle permet au radiologue de faire le point sur vos antécédents médicaux et de recueillir les coordonnées de votre médecin afin de les informer des résultats.

La mammographie est réalisée par un manipulateur en radiologie avec un appareil de radiologie appelé mammographe. Cet appareil permet d’obtenir des images de l’intérieur du sein à l’aide de rayons X. L’un après l’autre, vos seins sont placés entre deux plaques qui se resserrent et les compriment pendant quelques secondes. Deux clichés par sein sont réalisés.

Cela peut être désagréable voire douloureux ; ce phénomène étant très variable d’une femme à une autre. La pression exercée par les deux plaques qui compriment le sein est nécessaire pour garantir la qualité des clichés en étalant le mieux possible le sein. Elle ne dure que quelques secondes et est sans risque pour votre poitrine. Un travail sur la douleur est mené avec les professionnels de radiologie pour en réduire la fréquence et l’intensité. Si vous avez une crainte ou une expérience douloureuse de cet examen, n’hésitez pas à en parler avec le radiologue ou le manipulateur.

Le radiologue effectue un examen clinique de vos seins pour repérer certaines anomalies parfois non détectables à la mammographie. Il lit les clichés de la mammographie. Il peut décider de réaliser en compléments d’autres clichés d’agrandissement, pour affiner la lecture des images, ou une échographie. Cet examen ne signifie pas nécessairement qu’il y a une anomalie. Il peut aider le radiologue dans son interprétation de la mammographie.

La mammographie fait-elle mal ?

La mammographie peut être désagréable voire douloureuse ; ce phénomène étant très variable d’une femme à une autre. La pression exercée par les deux plaques qui compriment le sein est nécessaire pour garantir la qualité des clichés en étalant le mieux possible le sein. Elle ne dure que quelques secondes et est sans risque pour votre poitrine. Un travail sur la douleur est mené avec les professionnels de radiologie pour en réduire la fréquence et l’intensité. Si vous avez une crainte ou une expérience douloureuse de cet examen, n’hésitez pas à en parler avec le radiologue ou le manipulateur.

Comment suis-je informée des résultats ?

Le radiologue vous communique ses conclusions dès la fin de votre consultation. Toutefois, les résultats définitifs vous sont communiqués par courrier, dans un délai d’environ 2 semaines. En effet, dans le cadre du dépistage organisé, les clichés jugés normaux sont adressés par sécurité à un deuxième radiologue qui procède à une seconde lecture.

Les résultats sont également transmis au praticien de votre choix (médecin traitant et/ou gynécologue) si vous avez indiqué leurs coordonnées sur la fiche de renseignements remise au cabinet de radiologie.

La mammographie détecte-t-elle tous les cancers qui seraient présents ?

Certains cancers, notamment parmi ceux de petite taille, peuvent ne pas être repérés par la mammographie : la répétition de cet examen tous les deux ans permet d’en améliorer la détection.

Il est important de rester attentive à d’éventuels changements au niveau de vos seins. En effet, un cancer peut se déclarer avant que la mammographie suivante ne soit réalisée ; c’est ce que l’on appelle le cancer de l’intervalle.

Les signes suivants doivent être signalés à votre médecin, mais ils ne signifient pas nécessairement que vous ayez un cancer :

  • l’apparition d’une boule, d’une grosseur dans le sein ou sous un bras (aisselle) ;
  • une modification de la peau : rétraction,  rougeur, œdème ou aspect de peau d’orange ;
  • une modification du mamelon ou de l’aréole (zone qui entoure le mamelon) : rétraction, changement de coloration, suintement ou écoulement ;
  • des changements de forme de vos seins.

Au moindre doute, il est conseillé de prendre contact avec votre médecin généraliste ou votre gynécologue, afin qu’il vous examine.

Et si on me demande de faire des examens complémentaires ?

Des examens complémentaires peuvent être réalisés (agrandissement du cliché mammaire, échographie, biopsie…), afin de préciser les résultats de la première ou de la deuxième lecture des clichés mammographiques. Une échographie peut, par exemple, être réalisée immédiatement après la mammographie. Ces examens complémentaires sont pris en charge par votre caisse d’assurance maladie aux conditions habituelles de remboursement. S’il est nécessaire de prendre un nouveau rendez-vous pour les réaliser, le secrétariat du cabinet de radiologie peut vous y aider.

En cas de question sur ces examens, n’hésitez pas à vous adresser au radiologue, à votre médecin traitant ou gynécologue, ou au médecin coordinateur de l’Amodemaces.

Et si une anomalie est détectée ?

La détection d’une anomalie, à la première ou à la deuxième lecture, concerne 90 femmes sur 1000. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’un cancer mais plutôt d’une anomalie bénigne (kyste) ou très probablement bénigne pour laquelle une surveillance à court terme et adaptée pourra être proposée.

Il peut aussi s’agir d’une anomalie indéterminée ou suspecte. Dans ce cas, la poursuite d’examens pourra être nécessaire (par exemple, une nouvelle mammographie, une tomosynthèse, une IRM mammaire, une  microbiopsie échoguidée). Ils sont remboursés par votre caisse d’assurance maladie aux conditions habituelles.

Et à l’issue de ces examens, la conclusion la plus fréquente est qu’il n’y a pas de cancer.

Plus rarement, un cancer peut être diagnostiqué : cela concernera 7 femmes sur 1000. Chacune de ces femmes sera alors orientée par son médecin vers une équipe pluridisciplinaire spécialisée en cancérologie pour un accompagnement personnalisé, dont un appui psychologique.

Et si je décide de ne pas me faire dépister ?

Vous pouvez en discuter avec votre médecin.

A partir de 50 ans, le risque de cancer du sein augmente franchement. Si vous développez un cancer du sein et si vous n’avez pas réalisé régulièrement un dépistage, il sera diagnostiqué à un stade plus avancé. Cela réduira les chances de guérison et aura un impact plus important sur votre qualité de vie. En effet, la lourdeur des traitements, leur dangerosité parfois, et leurs séquelles sont notablement plus importantes en présence d’un cancer diagnostiqué à un stade avancé.

Quelle que soit votre décision, voici quelques conseils :

  • faites réaliser un examen clinique de vos seins par un médecin, généraliste ou gynécologue, au moins une fois par an ;
  • observer vos seins régulièrement : tout changement inhabituel doit être signalé à votre médecin.

A quelle fréquence doit être réalisée une mammographie de dépistage ?

Une mammographie de dépistage doit être réalisée tous les deux ans selon les experts européens.

Comment bénéficier d’un dépistage par mammographie après 74 ans ?

Il est conseillé de consulter son médecin traitent qui évaluera la nécessité de prescrire une mammographie de dépistage ou d’autres examens en fonction des facteurs de risques individuels et/ou familiaux.

Pourquoi le dépistage organisé du cancer du sein ne s’adresse t-il qu’aux femmes âgées de 50 à 74 ans ?

Le dépistage du cancer du sein ne s’adresse qu’aux femmes âgées de 50 à 74 ans parce qu’elles font parties de la tranche d’âge la plus à risque face au cancer du sein. En effet, le nombre de cancers du sein est plus important sur la tranche d’âge 50-74 ans.

Pourquoi n’y a-t-il pas de campagne de dépistage avant 50 ans ?

Le risque de survenue d’un cancer du sein est moindre avant 50 ans. Les bénéfices qu’on pourrait attendre d’un dépistage systématique ne compensent pas les inconvénients engendrés chez la femme plus jeune.
Le médecin traitant peut juger de l’utilité d’un dépistage chez sa patiente de moins de 50 ans en fonction de ses facteurs de risques individuels et/ou familiaux.

Y-a-t’il encore un risque de cancer du sein après la ménopause ?

Le risque de cancer du sein augmente après la ménopause. En effet, 2 cancers du sein sur 3 se déclarent chez la femme après la ménopause. La ménopause survenant vers 50 ans, c’est pour cette raison que la campagne de dépistage s’adresse aux femmes âgées d’au moins 50 ans.

Une palpation suffit-elle à détecter le cancer du sein ?

L’examen des seins par palpation est important mais il ne permet de détecter des tumeurs que lorsqu’elles sont visibles ou palpables. La palpation est donc un examen insuffisant. Seule la mammographie permet de déceler des anomalies non détectables par palpation.